Post

ARCHITECTURE HYBRIDE 5/10 : L’HOMME AU CENTRE DU NOUVEL ESPACE PUBLIC RELATIONNEL

parametric design, architecture and art

________________________________________________
Architecture Hybride est une serié de 10 post que nous proposons tout les jeudis; voici les post des jeudis passés:

ARCHITECTURE HYBRIDE 1/10 : Espaces Sensibles et Nouvelle Conception

ARCHITECTURE HYBRIDE 2/10 : VERS UN NOUVEAU PARADIGME – LE MODELE APERTURE(S)

ARCHITECTURE HYBRIDE 3/10 : ESPACES HYBRIDES

ARCHITECTURE HYBRIDE 4/10 : ESPACES SENSIBLES

________________________________________________

100415_thinkark_APERTURES_Page_28

Jeudi dernier nous avions définit la notion d’espaces sensibles: “les espaces sont désormais sensibles, car ils entretiennent une communication avec leurs usagers et peuvent réagir à des demandes, des envies, des sensations.”

Ces réflexions, ainsi que la notion d’espaces hybrides (couche physique plus couche virtuelle), nous amènent à conclure que, du point de vue de la structuration spatiale, la notion d’espace se reconfigure avec une structure floue et décentralisée.

100415_thinkark_APERTURES_Page_09

Daniel Innerarity, philosophe

Le modèle d’espace public nodal (la place publique) évolue vers un modèle constitué de micro-espaces publics avec une distribution plus horizontale et un caractère hyper-local.
C’est pourquoi le modèle APERTURE(S), dejà  mentionné ici, est centré sur le concept de « filtre urbain ». Ce filtre est défini comme un nouveau dispositif (technologique ? architectural ? social ? culturel ?) capable de gérer des liens comme privé/publique, présentiel/virtuel ; et ceci au sein d’un système où les canaux de communication ne se présentent pas séparément mais, au contraire, de façon communicante – APERTURE(S).

100415_thinkark_APERTURES_Page_01

Dans un tel système, caractérisé par l’ouverture et un degré de liberté augmenté, il nous apparait évident que les technologies – ou le spectre des machines -, bien que responsable de ces changements, ne peuvent pas en décider. Le dispositif de filtre, qui tamise l’information et donc les espaces, et qui règle les flux entre eux, est forcément de type humain. L’homme, avec sa capacité de discernement et sa capacité à ressentir, est le seul capable d’effectuer cette tache fondamentale.
100415_thinkark_APERTURES_Page_18

Notre théorie permettrai ainsi de dépasser le paradigme positiviste, appuyé sur le technocentrisme, vers une compréhension du monde (de la société, de la culture, de l’architecture, etc.,) plus anthropocentrique. En effet, nous croyons que cette vision pourrait replacer l’homme à sa position naturelle, c’est-à-dire celle qui revalorise sa spiritualité et son intelligence.

_________________

Ce texte est un extrait adapté de l’article Architecture Hybride: espaces sensibles et nouvelle conception. Credits article: Francesco Cingolani, Pierre Chassagne, agence HDA | Hugh Dutton Associés

Ce texte est aussi une adaptation de l’article URBAN APERTURE(S) >< POROSITY AS A NEW MODEL FOR HYBRID PUBLIC SPACE présenté à la conférenceUrban Hybridization à Milan par#Thinkark. Les images font partie du support de présentation utilisé pour la conférence.

Architecture Hybride est une série de 10 post que nous proposons tout les jeudis; voici les post des jeudis passés:

ARCHITECTURE HYBRIDE 1/10 : Espaces Sensibles et Nouvelle Conception

ARCHITECTURE HYBRIDE 2/10 : VERS UN NOUVEAU PARADIGME – LE MODELE APERTURE(S)ARCHITECTURE HYBRIDE 3/10 : ESPACES HYBRIDES

ARCHITECTURE HYBRIDE 3/10 : ESPACES HYBRIDES

ARCHITECTURE HYBRIDE 4/10 : ESPACES SENSIBLES

________________________________________________

No comments
Submit comment
*
*