Post

Complexité, Simplexité, Minimalisme : une recherche méthodologique

parametric design, architecture and art

Complexity
Photo: “Complexity” de Tim Haynes (flickr)
_

Une des raisons principales pour lesquelles ce blog s’appelle complexitys est que nous croyons dans la complexité comme une valeur ajoutée qui caractérise l’epoque contemporaine. L’experience développée dans notre profession de designers nous fait voir dans la complexité une voie possible pour la solution des problèmes liés à l’architecture et, plus en generale, à tout ce qui est relatif au dessin de nos espaces de vie et des objets qui nous entourent.

Si vous n’êtes pas nouveaux dans ce blog, vous savez probablement déjà que à HDA nous avons l’habitude de travailler avec des geometries complexes et en utilisant des logiciel de calcul assez poussés. Il est important de specifier que ce n’est pas juste parce que nous aimons les choses compliquées.

En effets, notre experience nous a montrée que une approche complexe et interdisciplinaire (nous sommes une equipe mixte de architectes et ingenieurs) facilite le développement de solutions fortement inspirées par les processus naturels. Comme nous aimons repeter au cours de notre conference Vers une architecture paramétrique, dans un arbre il n’y a pas deux feuilles pareilles.

4161404466_e9cc4ed3bc_o
Photo: “PhotonQ-The Red Queen Network” de PhOtOnQuAnTiQuE (flickr)

Alors pourquoi serions nous contraints de dessiner des immeubles avec des dizaines de logements tous pareils entre eux?

Effectivement il y a une cinquantaine d’année cela aurait pu être justifié par les limitations de la technologie disponible: si nous avons besoin de nous loger et la technologie nous permet pas des construire des maisons comme un arbre peut developper ses feuilles, alors nous habiterons dans des logements tous pareils entre eux.

Mais aujourd’hui, cette justification est encore valide?

Nous croyons que les développement technologique de la communication, les outils de dessin paramétrique et la puissance de calcul offerte par les station de travail disponibles aujourd’hui permettent d’aborder la réalité de façon complexe (et complete) et ne plus se limiter à une approche simpliste (limité et approximative). Nous sommes conscient que il s’agit d’une hypothese forte et qui demande beaucoup de reflexions. Qu’en pensez vous?

5764158229_9ea88e987a
Image ci-dessus: Analyse structurelle de nos “Pylons of the future – Dancing with Nature” | Le système est étudié pour que chaque pylône électrique puisse être different des autres afin de s’adapter aux conditions environnementales (terrain, pente, efforts de vent, tension des cables, etc.)
_

D’autre coté, la simplicité et le minimalisme sont pour nous des valeurs fondamentales, car nous sommes conscients de la difficulté et des dangers de la complexité qui peut, si elle est pas maitrisée, devenir source de chaos et réduire notre créativité et notre productivité. Leo Babauta est un de représentant les plus influents du mouvement minimaliste, une ligne de pensée contemporaine qui tend à réduire et simplifier nos vies ainsi que nos processus de creation afin de vivre et produire mieux et plus intelligemment selon un modele durable. Voici comment Leo Babauta explique sa vision du minimalisme:

Q: Why be a minimalist?

A: It’s a way to escape the excesses of the world around us — the excesses of consumerism, material possessions, clutter, having too much to do, too much debt, too many distractions, too much noise. But too little meaning. Minimalism is a way of eschewing the non-essential in order to focus on what’s truly important, what gives our lives meaning, what gives us joy and value.
(source: mnmlist.com/minimalist-faqs )

Une autre definition du minimalisme est aussi significative pour notre raisonnement. Elle appartiens aux bloggeurs Joshua Millburn et Ryan Nicodemus, auteurs du projet theminimalists.com. Ils disent:

So, if we had to sum it up in one sentence, we would say, Minimalism is a tool get rid of superfluous excess in favor of focusing on what’s important in life so you can find happiness, fulfillment, and freedom.
(source: theminimalists.com/minimalism )

Après ces deux citations minimalistes il semblerait que la complexité et la simplicité ces sont deux notions en contradiction totale et donc inconciliables: pouvons-nous être complexes et simple à la fois?

Nous croyons que la complexité et le minimalisme ne sont pas en contradiction et c’est la nature qui nous le fait croire.

A ce propos, le concept de simplexité peut nos aider. Alain Berthoz, professeur au Collège de France, directeur adjoint du Laboratoire de physiologie de la perception et de l’action, a publié un ouvrage intitulé “La simplexité”, une notion qu’il définit comme il suit:

« La simplexité, telle que je l’entends, est l’ensemble des solutions trouvées par les organismes vivants pour que, malgré la complexité des processus naturels, le cerveau puisse préparer l’acte et en projeter les conséquences. Ces solutions sont des principes simplificateurs qui permettent de traiter des informations ou des situations, en tenant compte de l’expérience passée et en anticipant l’avenir. Ce ne sont ni des caricatures, ni des raccourcis ou des résumés. Ce sont de nouvelles façons de poser les problèmes”
(source: heuristiquement.com )

Pour approfondir ce point, nous vous conseillons l’entrevue à Alain Berthoz ci-dessous:


La simplexité, un ouvrage d’Alain Berthoz di VideoScopie

Cette video sur la complexité dans la nature nous a fait penser à un article que nous avons récemment découvert grace à Andrea Graziano: Do trees communicate? Networks, networks…, une recherche qui vise à étudier les communications que les arbres établissent entre eux par le biais du réseaux de racines. Interessants le diagramme et la video ci-dessous:

kevin-beiler-network
Diagram: Kevin Beyler Network, source: botanicalgarden.ubc.ca
_

Enfin, nous laissons la question ouverte:

Peut-on concilier la complexité avec la simplicité et le minimalisme et adopter une methodologie inspiré par les processus de simplexité de la nature?

Nous serions ravis d’avoir votre point de vue.
Si vous avez encore une 18 minutes et 35 secondes à disposition, vous pouvez regarder le conference TED ci-dessous de George Whitesides, titrée “Towards a science of simplicity”. Elle est interessante, marrante et sous-titrée en français.

Autres liens d’intérêt:
ARCHITECTURE HYBRIDE 10/10 : POUR UNE MÉTHODOLOGIE DE LA COMPLEXITÉ (complexitys.com)
Simplicity: A New Model
BBC – The Secret Life of Chaos (film, en anglais)
Social Network Analysis (flickr set du designer Amber Case)

2 comments
    • Helene
    • August 25, 2011, 1:34 PM

    Ca me fait penser que j’ai entendu l’autre jour à la radio une très intéressante intervention de Gauthier Chapelle, biologiste, consultant en biomimétisme dans un bureau d’études Greenloop à Bruxelles qui travaille à l’alliance de la biologie et de l’architecture. A découvrir. http://www.greenloop.eu/
    http://video.metrofrance.com/video/iLyROoafv_bt.html
    Ajouter cette vidéo sur votre blog ou site web (Copiez/collez le texte HTML ci-dessous) :

    • Arthur
    • August 23, 2014, 12:51 PM

    Bonjour

    J’aimerai développer une reflexion dans mon mémoire sur le lien que l’architecture numérique entretien avec les concepts de complexité et de simplexité.

    On retrouve au travers des interfaces de nos technologies connues et émergentes ces même concepts. L’interface graphique (GUI, WIMP) permettent de faire des développement complexe à travers des entendements simplexes (ex: L’icone menu est une maison, l’icone ligne est une ligne, mais le fait de cliqué dessus est simplexe, car il détermine en plus du clic une succession de paramètre complexe pour y arriver).

    Pourtant, lorsqu’on expérimente une conception au travers d’outils informatiques initaux (les scripts) on se retrouve souvent dans un définition d’algoritmes suivant des observations faites (induction >>> on détermine un théorie générale qui ne nous donnera jamais les objets observés réels) ou alors, on se retrouve à crée des diagrammes dynamiques génératifs suivant plusieurs élements de contexte déterminés (déduction >>> le résultat est une conséquence possible suivant plusieurs causes possible).

    La question est:

    La complexité dans la conception numérique, ne résiderait-elle simplement dans la tête du concepteur qui est à l’origine de soit une induction ou soit une déduction de départ? La finalité de ce développement dans tout les cas est faussé et ne devient qu’un ornement total. L’idée de minimalisme est impossible.

    Par contre en melant des inductions (modulor, technique de construction, relation interne-externe,…) à partir de déductions faites sur des informations collectés (fréquence des communications, relation du groupe et de l’individu,…), la simplexité peut se retrouver dans une suite de cause à effet amenant une action, un resultat (la conception d’un batiment). Un minimalisme numérique lié à son contexte et l’histoire de la tectonique est il alors possible?

    Dans tout les cas, en faisant un algoritme génératif sur base d’analyse de paquerettes, le batiment ne sera jamais une paquerette et le lien entre la paquerette et l’édifice n’existe pas, ce n’est qu’une vision de l’esprit. C’est un ornement totale, c’est un canard ou du baroque et le baroque n’a pas de fin en soit.

Submit comment
*
*