Post

ARCHITECTURE HYBRIDE 3/10 : ESPACES HYBRIDES

parametric design, architecture and art

Comme tout les jeudis, nous allons parler d’architecture Hybride. Après deux posts d’introduction au sujet (ici et ici), nous allons focaliser aujourd’hui notre discours sur les espaces hybrides, c’est à dire les espaces constitués par une couche physique (présentielle) et une couche digitale (virtuelle).

imaginario_hyperurbain2_Page_03

Les technologies contemporaines ont complètement changé les usages et la perception des villes. De plus en plus, les dimensions spatiale et temporelle, historiquement strictement liées ‐ espace à perception continue ‐,  sont en train de se séparer et de devenir indépendantes ‐ espace à perception fragmentée.

imaginario_hyperurbain2_Page_04

Au quotidien, un grand nombre de personnes se déplace d’un bout à l’autre de la ville pour aller de chez elles à leur lieu de travail. La distance de ces deux points ‐ dimension spatiale ‐, comme tout ce qui se passe dans la ville entre ces deux points, n’est plus important : ce qui intéresse est le temps de déplacement ‐ dimension temporelle ‐, de plus en plus réduit par les avancées de la technologie. La ville cesse donc d’être un espace continu pour muter vers une structure de nœuds ‐ points ‐ reliés par des connexions ‐ network city. Ces nœuds ont tendance à devenir de plus en plus clairement définis, organisés, efficaces, et les déplacements entre les nœuds sont alors de plus en plus rapides.

imaginario_hyperurbain2_Page_05

Tout espace qui n’a pas une fonction unique et claire (tout ce qui n’est pas un nœud) perd de son importance, notamment les espaces publics. Ces lieux, qui ont historiquement été le scénario des relations sociales dans une ville, sont aujourd’hui privés de toute fonction compatible avec le modèle urbain contemporain. En fait, la structure par nœuds ne nécessite plus un espace continu pour le développement des relations sociales : des moyens technologiques à bon marché (internet, téléphone, transport) permettent aujourd’hui de choisir ses points ‐ nœuds ‐ de rencontre avec ses amis ou sa famille sans nécessité de partager le même espace urbain (quartier ou ville).

Nous constatons qu’Internet définit, aujourd’hui, un nouveau type d’espace public ‐ espace public virtuel ‐ qui ne remplace pas l’espace public traditionnel ‐ espace public physique ‐, mais qui peut l’influencer et le modifier en fonction des usages. Internet apparait donc comme un puissant (et surtout contemporain) outil d’action urbaine.
Nous soulignons, dans ce contexte, l’importance d’aller dans la direction de multiplier au maximum les connexions entre ces deux espaces publics (virtuel et physique).

imaginario_hyperurbain2_Page_12

Internet est l’instrument discontinu par excellence : non seulement il déforme toutes nos idées sur la continuité spatio‐temporelle de nos espaces, mais il arrive également à annuler complètement la composante spatiale en permettant à chaque noeud d’accéder à la totalité des
informations disponibles. Pour le transformer en un instrument d’action urbaine, il est fondamental de le considérer non plus seulement comme un moyen pour rapprocher ce qui est loin, mais plutôt pour ré‐approcher ce qui est déjà ‐ spatialement ‐ proche.
C’est ce que nous appelons l’Internet hyper‐local, un espace ‐ public ‐ virtuel référé à une composante spatiale continue (une rue, un quartier, une ville) dont les usagers sont les citoyens partageant ce même espace physique. Cette caractéristique commune de proximité spatiale
transforme internet et ses contenus en un outil fortement localisé ‐ internet de proximité ‐, provoquant alors une multiplication des liens entre l’espace virtuel et l’espace physique de la ville.
Pour que ces phénomènes deviennent efficaces, il est donc important de favoriser les dynamiques de formation et de développement des réseaux sociaux locaux – Local Social Network -, et de leur fournir, par la suite, des espaces publics nouveaux et adaptés aux besoins actuels. Les Local Social Network créent des relations et, si celles-ci se situent dans un espace physique commun, le résultat est une réactivation des espaces publics physiques, qui deviennent nécessaires pour développer ces relations.

imaginario_hyperurbain2_Page_13

voir: STWEET

.

Ceci amène à définir l’espace public non plus comme l’espace de libre circulation au sens de mobilité, mais plutôt comme l’espace où les informations s’échangent et circulent librement parmi les habitants, c’est-à-dire un espace de relation des citoyens.
Si l’importance de l’espace public réside alors dans les relations – connexions – qu’il est capable de générer, il est évident qu’au moment de programmer ou de projeter ces espaces, les architectes et les urbanistes devront prendre en compte ce nouveau « matériau » de construction dont internet abonde: les relations sociales.

imaginario_hyperurbain2_Page_11
Ce matériau incorporel, que nous ne sommes pas habitués à considérer comme une architecture de nos villes, est la clef de voûte de ces nouveaux espaces publics que nous appelons hybrides, puisque ils comprennent l’ensemble des relations sociales locales physiques et virtuelles. A ce propos Manuel Castells déclare dans un entretien (en espagnol): « En effet, je pense qu’il faudrait mettre en cause la
notion de société virtuelle et de société réelle. Je crois que la virtualité que nous vivons est une des dimensions fondamentales de notre réalité. […] Je dirais que c’est nous qui établissons la connexion entre le virtuel et le «présentiel» (je ne l’appellerais pas réel, puisque la réalité est en même temps virtuelle et «présentielle»). Il n’y a pas deux sociétés, il y a seulement en nous deux manières d’avoir des relations et une activité sociale. Il est à nous de chercher la meilleure façon de les ajuster et de les accommoder.»

.

/// Pour plus d’informations, voir l’article intégrale ici ///
/// Credits article: Francesco Cingolani, Pierre Chassagne, agence HDA | Hugh Dutton Associés, collectif IMAGINARIO et Domenico Di Siena de l’agence Ecosistema Urbano///

/// Ce texte est une adaptation de l’article “Hyper-local Internet”: la nouvelle dimension des espaces publics de nos villes? présenté à la conference Hyperurbain FUTUR EN SEINE par IMAGINARIO (voir l’article ci-dessous)///

///

Projet d’architectures reliés:

1) chairsharing de snark, image ci-dessous, plus d’info ici.

12-e1268323018281

2) plazaletras.es de Ecosistema Urbano

3) For All The Cows de CTRLZ Architectures

///

No comments
Submit comment
*
*